Back to top

FAQ

Est-il possible de recourir à la cryothérapie pour soulager les douleurs (le cas échéant) ?

Aucune étude clinique n’a été menée sur l’association ondes de choc + cryothérapie. Néanmoins, lors du congrès ATRAD 2008 à Berlin, le Dr Marc Rozenblat (Centre Coralis, Ozoir La Ferrière, France) a signalé avoir obtenu de bons résultats en associant la thérapie par ondes de choc administrée à l’aide du dispositif Swiss DolorClast et la neurocryostimulation dans environ 7 000 cas.

Disposez-vous de données prouvant l’efficacité de votre dispositif ?

Oui, les études cliniques sont le fondement même de la méthode Swiss DolorClast. De nombreux essais cliniques randomisés contrôlés démontrant l’innocuité et l’efficacité de la méthode Swiss DolorClast pour différentes pathologies ont été publiés dans des publications scientifiques internationales. À ce jour, 26 ERC ont été publiés sur la méthode Swiss DolorClast, 15 d’entre eux étant répertoriés dans la base de données PEDro (cherchez le mot-clé « radial shock wave » sur www.pedro.org.au).

Est-il possible de prescrire une seule séance au lieu de trois, en appliquant 6 000 ondes de choc ? (comme avec les dispositifs à ondes focalisées)

Cette application n’a fait l’objet d’aucune étude clinique à ce jour. En ce qui concerne les ondes de choc focalisées, aucune étude répertoriée dans la base de données PEDro n’a vérifié l’hypothèse selon laquelle l’application de 6 000 ondes de choc en une seule séance serait aussi efficace (ou plus) que l’application de 2 000 ondes de choc en trois séances.

Les ondes de choc sont-elles réservées au traitement des sportifs de haut niveau ?

La TEOC a été conçue pour traiter à la fois les sportifs et les non sportifs. La majorité des ERC réalisés sur la méthode Swiss DolorClast a été menée sur des patients non sportifs.

L’huile de ricin offre-t-elle une meilleure transmission que le gel de couplage classique dans le cadre de la thérapie par ondes de choc ?

Oui, d’après Maier et al., 199910, « l’huile de ricin diminue la douleur lors de l’application des ondes de choc extracorporelles », offrant ainsi de meilleurs résultats par rapport au gel de couplage classique. Néanmoins, il est recommandé d’utiliser le gel de couplage classique fourni avec le dispositif.

Quels sont les mécanismes d’action des ondes de choc ?

Les effets thérapeutiques des ondes de choc sur le système musculo-squelettique (soulagement des douleurs et cicatrisation) reposent sur une multitude de mécanismes moléculaires et cellulaires. Sans entrer dans les détails, les principaux effets à court terme sont la libération de la substance présynaptique P, présente dans les fibres nerveuses C (soulagement des douleurs) et l’amélioration de la circulation sanguine dans la zone traitée (nécessaire à la cicatrisation). Les effets principaux à long terme sont le blocage de l’inflammation neurogénique et l’amélioration du coulissement des tendons (soulagement des douleurs) ainsi que l’activation des cellules souches mésenchymateuses et de la néoformation osseuse (nécessaires à la cicatrisation).

Quelles sont les contre-indications ?

Application sur le parenchyme pulmonaire et le tractus digestif, application sur des tendons en phase de prérupture, traitement de femmes enceintes, traitement des patients âgés de moins de 18 ans (excepté pour le traitement de la maladie d’Osgood-Schlatter), traitement des patients souffrant d’insuffisance coagulatoire (y compris la thrombose locale), traitement des patients sous traitement anticoagulant, application sur des tissus infectés par des tumeurs locales ou des infections bactériennes et/ou virales, traitement des patients sous traitement à base d’injections locales de cortisone (moins de six semaines après la dernière injection locale de cortisone).

Peut-on s’attendre à une amélioration dès la première semaine ? On peut observer une atténuation de la douleur, ce qui n’est pas forcément synonyme de cicatrisation…

Il est essentiel de rappeler que si le traitement peut entraîner une atténuation de la douleur après seulement quelques jours, cela ne signifie pas que la cicatrisation est complète. En revanche, une amélioration statistiquement significative de la douleur qui se maintient deux ans après le traitement d’une aponévrosite plantaire chronique par la méthode Swiss DolorClast11 est un indicateur fiable de cicatrisation. Des biopsies seraient nécessaires pour confirmer la cicatrisation complète, ce qui n’est pas possible pour des raisons éthiques.

Est-il possible d’utiliser ce dispositif pour traiter des lésions récentes et d’autres pathologies aiguës ? Cela accélèrera-t-il la cicatrisation ?

En règle générale, oui. Toutefois, veillez à prendre en compte les éléments suivants : (i) La méthode Swiss DolorClast n’est pas encore approuvée pour le traitement des lésions récentes. Des études cliniques à ce sujet sont en cours. (ii) Pour ce qui est des troubles tendineux, il est impératif de rappeler qu’on ne parle pas de tendinopathies aiguës, seulement de cas récemment diagnostiqués. L’innocuité et l’efficacité de la méthode Swiss DolorClast dans les cas de tendinopathies récemment diagnostiquées ont été démontrées dans la littérature scientifique internationale chez les patients atteints d’aponévrosite plantaire (Rompe et al., 201012), de ténosynovite primitive du long biceps (Liu et al., 201213) et d’épicondylite médiale et latérale (Lee et al., 201214).

Peut-on utiliser le dispositif en cas de douleur ou de gonflement dans la zone à traiter ?

Ces conditions nécessitent généralement une attention et un traitement particuliers. Il est particulièrement important de veiller à ne pas appuyer la pièce à main Swiss DolorClast sur la peau du patient. En outre, le médecin doit garder à l’esprit que même les réglages les plus faibles du Swiss DolorClast peuvent être trop élevés et provoquer une douleur intense lors du traitement. Dans ce cas, le traitement doit être interrompu. Afin de favoriser l’observance du patient, il est recommandé de rappeler à ce dernier que le traitement peut s’avérer très efficace et qu’il peut être interrompu à tout moment en cas de douleur intense.